Sablage et silicose

Nettoyage par abrasion au sable de silice et risques sanitaires associés.

Auparavant, les opérations de nettoyage par abrasion étaient effectuées avec du sable de silice en guise d'abrasif. Le terme « sablage » découle de cette pratique. Au fil du temps, il est devenu évident que l'exposition à la poussière de silice microcristalline respirable lors d'activités de construction telles que le sablage et le nettoyage par abrasion peut provoquer une maladie respiratoire grave, voir mortelle, appelée silicose, caractérisée par des lésions et un durcissement des poumons.

Les Pays-Bas et de nombreux autres pays interdisent l'utilisation d'abrasifs contenant plus de 1 % de silice libre dans le cadre du nettoyage par abrasion. Le sable de silice abrasif contient bien plus de microcristalline libre, soit 90 % environ en règle générale, voire parfois jusqu'à 95 % ou plus. Au cours de l'opération de nettoyage par abrasion (sablage/grenaillage), les particules de sable se décomposent en très petites particules de taille microscopique. D'une taille inférieure à 5-10 microns (µ), ces particules sont inhalées et pénètrent dans les poumons, provoquant des problèmes respiratoires, une silicose pulmonaire (ou « poumons poussiéreux »), voir la mort.

Si un casque de sablage de bonne qualité doté d'un filtre à air est considéré comme une protection suffisante pour les sableurs pendant le sablage/grenaillage, cette affirmation n'est cependant que partiellement exacte. Lors des opérations de nettoyage par abrasion au sable de silice (sablage/grenaillage), de gros nuages de poussière se forment dans l'air ambiant. Une particule de poussière de silice microcristalline de 2 microns (µ) chute de 1 mètre seulement toutes les 24 heures par temps calme. En d'autres termes, les nuages de poussière restent invisibles dans l'air pendant une longue période, bien après la fin du sablage.

Lorsque pour quelque raison que ce soit, le sableur doit interrompre son travail pendant un certain temps et retire son casque, une grande quantité de poussière de silice microscopique se dépose à l'intérieur de ce dernier. Lorsqu'il reprendra son travail de sablage et qu'il remettra son casque, le sableur inhalera une dose considérable de poussière de silice libre au lieu de bénéficier de la protection escomptée.

Les risques encourus par les personnes se trouvant à proximité de l'opération de sablage sont encore plus grands. Pensez aux autres employés présents sur le site de sablage, dans les bureaux, etc. Les nuages de poussière peuvent être dispersés par le vent et atteindre ces personnes qui ne disposent d'aucune protection. Ces dernières années, de nombreux pays ont adopté des lois interdisant l'utilisation de sable en tant qu'abrasif dans le cadre du sablage. Aux Pays-Bas, le sablage au sable de silice est interdit depuis 1956, et le terme de sablage a été remplacé par grenaillage ou nettoyage par abrasion.

Il existe aujourd'hui des abrasifs de substitution de haute qualité pour le grenaillage : les abrasifs de sablage Vasilgrit® (silicate d'aluminium constitué de grenailles abrasives à base de scories de charbon), NAstra® (silicate de fer constitué de grenailles abrasives à base de scories de cuivre), Scorex® (silicate de calcium constitué de grenailles abrasives à base de scories de cuivre) et Bekagrit (silicate de fer constitué de grenailles abrasives à base de scories de cuivre) sont réputés pour leur teneur en silice libre inférieure à 1 %. De fait, leur utilisation dans le cadre du grenaillage est approuvée dans le monde entier.

N'hésitez pas à nous contacter pour plus d'informations à ce sujet, pour demander des renseignements sur les abrasifs de grenaillage ou pour obtenir des conseils avisés en matière d'abrasifs. Nous serons heureux de vous fournir toutes les informations nécessaires.

Pour plus d'informations sur le sablage et la silicose, rendez-vous sur les sites suivants :